Le cerf-volant

facebookmail

Papa, en rentrant à la maison hier soir, il a ramené un truc super.

Il nous a demandé si on se rappelait le reportage sur les cerfs-volants au Bhoutan. Le Bhoutan, c’est un pays dans l’Himalaya et l’Himalaya, ce sont les grosses montagnes qui sont au nord de l’Inde et l’Inde, c’est le gros V qui est en Asie au nord de l’Océan Indien et si vous voyez pas où c’est l’Océan Indien, il faut écouter un peu à l’école parce que si moi je sais, vous devez savoir aussi. Mais si vous savez pas, vous pouvez chercher sur internet aussi !

Dans le reportage sur les cerfs-volants au Bhoutan, il y avait des grands et des enfants qui faisaient des combats de cerfs-volants. Il se battaient pas au sol avec des cerfs-volants comme des épées ou des boucliers hein, mais ils faisaient voler les cerfs-volants en l’air et ils se poursuivaient comme des avions de chasse dans les films sur les avions de chasse où les gens se battent dans des avions de chasse sauf que les cerfs-volants, ils ont pas de missiles ou de mitraillettes ou de bombes ou de trucs comme ça alors ils doivent se faire tomber et celui qui reste en l’air il a gagné.

Et ils étaient vachement forts quand même ceux qui faisaient voler les cerfs-volants parce que ils arrivaient à ne pas emmêler les ficelles et à se poursuivre pendant méga longtemps et c’était super beau au milieu des temples et des montagnes énormes qui sont encore plus énormes que les montagnes qu’on connait. Et donc, Papa, il nous a pas ramené une montagne énorme, mais un super cerf-volant pour qu’on aille en faire dans le grand parc qui est à côté de la maison et nous on était super contents même si on ne sait pas du tout, mais alors pas du tout faire voler un cerf-volant.

Surtout que celui-là, c’était pas un cerf-volant en losange. Papa, il l’a déplié dans le salon et il ressemblait à un petit avion en triangle tout pointu devant avec des ailes très longues et le dessous des ailes un peu arrondies comme les ailes d’un avion. Papa, il nous a dit que Maman lui a dit de prendre celui-là parce qu’il est plus rapide et qu’il va plus vite et qu’il allait aller très bien avec notre caractère. Et en plus, Maman, il a dit Papa, c’est une vraie championne de cerf-volant parce qu’elle a en a fait beaucoup quand elle était petite et que c’était vraiment un super professeur en plus.

Alors, forcément, on a tout de suite demandé quand est-ce qu’on allait aller l’essayer et Maman a dit demain après-midi, c’est à dire cet après-midi puisque je vous raconte l’histoire. C’est comme ça qu’on est allés au grand parc à côté de la maison. Il y a plein d’arbres et de gens à vélo et de personnes autour d’un lac avec des chiens qui courent et d’autres qui font des pique-niques (des gens pas des chiens) et on a même croisé Émilie notre voisine avec Patate, son chien qui écoutait de la musique en lisant un livre pour bronzer au soleil (Émilie pas son chien, il ne peut pas bronzer, c’est un chien). Elle nous a fait coucou, on lui a fait coucou et on a été un peu plus loin dans une grande plaine où il y avait plein de place et pas de gens et donc, on pouvait faire voler le cerf-volant sans problème.

Maman, elle a dit que ce cerf-volant, c’était comme le parapente qu’on avait fait à la montagne parce que Papa et Maman, ils savent faire du parapente et une fois, on a été avec eux et ils nous ont montré. Pour le cerf-volant, il faut bien déplier le cerf-volant, puis bien dérouler les ficelles, mais pas qu’elles soient trop longues non plus parce qu’on pourra les rendre plus longues ensuite.

Elle a demandé à Papa de tenir le cerf-volant face au vent, elle a bien tendu les ficelles et hop, le cerf-volant a commencé à planer tout au-dessus du sol. Puis Maman a couru un peu et le cerf-volant est monté puis elle a couru un peu plus vite en tournant les poignées pour qu’il y ait plus de ficelle entre les poignées et le cerf-volant et très vite, le cerf-volant, il est monté dans l’air et Maman l’a fait bouger à droite et à gauche.

Elle nous a expliqué que, comme pour le parapente, quand on baisse la poignée de droite, le cerf volant va à droite et quand on baisse la poignée de gauche, le cerf-volant va à gauche, mais ce qui est drôle elle nous a dit, c’est qu’avec ce cerf-volant, quand on bouge les deux poignées comme sur un volant et qu’on fait des cercles avec les deux mains en même temps comme si on tenait un gros volant de voiture dans les mains, on peut faire faire de grands cercles au cerf-volant.

Pareil, on peut le faire piquer vers le sol et le faire remonter très vite ensuite ou lui faire faire des huit. En fait avec chaque poignée, c’est comme si on tenait le bout de chacune des pointes arrières du cerf-volant et ensuite c’est super facile. Enfin, ça a l’air super facile quand c’est Maman qui le fait ou même Papa parce que quand on a essayé, c’est pas super facile, facile.

C’est Tina qui a commencé parce qu’elle est un peu plus grande et plus costaud que moi, enfin quand il faut faire du sport en tout cas. Maman, elle a fait descendre le cerf-volant sur le sol, tout doucement, je sais pas comment elle fait, et elle a demandé à Tina de le faire décoller.

Papa il a pris le cerf-volant dans sa main et il a dit à Tina de courir super vite et Tina comme elle court vraiment très vite, elle a pas eu beaucoup de mal à le faire décoller, mais par contre, à chaque fois, le cerf-volant il montait, il restait deux secondes en l’air et il retombait tout de suite et ça commençait à énerver un peu Tina, mais pas à la fatiguer. Mais elle a quand même continué parce Tina, elle est comme moi, elle déteste ne pas arriver à faire quelque chose.

A un moment, elle a couru tellement vite qu’elle a vu juste à la dernière seconde qu’elle allait percuter une dame qui faisait la sieste au soleil et qui avait pas dû mettre de crème parce qu’elle était rouge comme le t-shirt de son mari qui a pas dû mettre de crème aussi parce qu’on distinguait pas ses bras de son t-shirt. Juste quand elle est arrivée sur eux, Tina elle a fait un petit saut par réflexe au-dessus du monsieur et de la dame et là, ça a été magique parce que le cerf-volant est monté d’un coup et Tina était super contente.

Mais elle faisait une drôle de tête alors Maman est arrivée près d’elle et elle lui a demandé si ça allait. Elle lui a dit que c’était trop bien, mais que ça tirait fort quand même hein. Maman elle a rigolé et elle a dit oui, mais elle lui a dit de pas rester les bras tendus mais d’essayer de rester un peu plus souple comme quand elle fait son revers que personne arrive à rattraper au tennis et qui fait tourner la balle tellement vite qu’elle part complètement sur le côté après avoir atterri par terre.

Tina elle a relâché un peu ses bras et elle a bien réussi à diriger le cerf-volant. Tout doucement au départ et de plus en plus vite ensuite et c’était rigolo, parce que à chaque fois que le cerf-volant tirait un peu fort, Tina elle décollait d’un coup à quelques centimètres du sol. C’est comme si elle faisait un mini prout qui la faisait planer deux secondes à un centimètre du sol pour qu’elle retombe juste ensuite. C’était marrant.

Maman elle a dit qu’elle se débrouillait super bien et que maintenant, elle allait pouvoir essayer de faire des huit. Tina elle a dit OK, mais elle a tiré un peu trop fort sur les cordes et le cerf-volant il a commencé à piquer très fort vers le sol, pile sur un tas de pigeons qui mangeaient les restes du pique-nique de personnes qui avaient dû faire un pique-nique avant qu’on arrive.

Les pigeons, ils ont eu trop peur et ils sont partis d’un coup à droite, mais à droite, il y avait la dame toute rouge et son mari avec son t-shirt rouge et tous les pigeons se sont dirigés vers eux alors qu’ils étaient en train de ranger leurs affaires et ils se sont retrouvés à se battre avec les pigeons, mais heureusement, le cerf volant a pas tapé sur le sol parce que Maman l’a fait remonter à la dernière seconde. Elle a dit à Tina que c’était à moi d’essayer et moi j’ai dit génial et Tina elle a dit encore un peu et moi je lui ai dit que ça faisait 15 minutes qu’elle en faisait et elle a dit n’importe quoi et je lui ai dit que si, pas n’importe quoi, que quand elle a commencé, la grande aiguille elle était sur le 7 et que là elle est presque sur le 22 et Tina elle m’a dit OK, quand elle sera sur le 22 alors, et j’ai dit OK !

Et deux minutes plus tard, Maman elle aidait Tina à poser le cerf-volant et c’était à moi d’essayer et vraiment, c’est pas facile en fait le cerf-volant à faire décoller. J’ai couru plusieurs fois pour essayer de le faire monter, mais une fois il est monté très vite à gauche, alors j’ai tiré très fort à droite et le cerf-volant a été très fort à droite et il a failli assommer Papa qui était sur son trajet et qui heureusement a eu le réflexe de plonger sur le sol à deux centimètres d’un très gros caca de chien !

Quand il s’est relevé, il m’a dit de faire attention et de me rappeler comment Tina elle avait réussi à le faire décoller le cerf-volant et en fait, il m’a dit que une fois que le cerf-volant commençait à monter en l’air, il fallait tirer les poignées vers le bas pour le faire monter tout de suite plus haut. Et ça a marché, c’était super simple.

Bon par contre, je me suis rendu compte que j’étais moins fort que Tina parce que le cerf-volant il tirait vraiment fort et je suis sûr que si j’avais été sur des skis ou sur mes rollers, j’aurais pu avancer tout seul tiré par le cerf-volant qui commençait à monter de plus en plus haut. Même que à un moment, Papa il m’a dit d’arrêter de laisser de la ficelle au cerf-volant parce que là il était super super haut quand même. Il est venu derrière moi, il s’est accroupi et il m’a aidé à manier le cerf-volant et c’était vachement plus facile avec lui.

On a réussi à faire des jolies figures en l’air (les mouvements en l’air, on appelle ça des figures il m’a dit Papa) on a fait des 8, des 4, des 2, des U et on a même fait monter le cerf-volant comme un serpent en l’air, c’était vraiment bien. Et quand Maman elle a repris le cerf-volant, elle nous a montré d’autres trucs.

Il y avait un écureuil qui ramassait des trucs et des machins dans la plaine et elle a réussi à faire voler le cerf-volant au ras du sol pour poursuivre l’écureuil qui a sauté sur le cerf-volant et lui a mis un coup de patte qui l’a fait remonter en l’air. Puis, aussi, elle a poursuivi un corbeau qui était par terre, mais le corbeau, il a commencé à attaquer le cerf-volant et Maman a préféré le poser et on l’a replié pour rentrer à la maison.

Au dîner, le soir, on a discuté du cerf-volant et Papa a dit que la prochaine fois qu’on irait à la mer, on essaierait de le prendre pour voir ce que ça fait avec le vent au bord de la mer qui est beaucoup plus fort que dans le parc où on a été. Et nous on a dit super génial que si ça se trouve, on pourrait même faire du ski nautique avec nos pieds en se faisant tirer par le cerf-volant et que comme ça, on économiserait peut-être un trajet en avion pour aller aux USA où on va peut-être aller bientôt et Papa il a dit on verra. Généralement, quand il dit on verra, Papa, c’est que c’est pas une super idée qu’on a eue, mais comme moi, je trouve qu’on devrait toujours essayer avant de dire que c’est pas possible, j’essaierai quand même cet été. Ou alors quand je serai grand plus tard. On verra.