L’escalade

facebookmail

Au début de l’année, on a été faire un tour dans un magasin de meubles avec Papa et Maman et dans le magasin de meubles, sans faire exprès, je me suis retrouvé en haut d’une étagère que j’avais escaladée et en l’escaladant, j’avais un peu fait tomber des verres et des bols et des casseroles qui heureusement, se sont pas cassées. C’est Papa qui me l’a rappelé quand il est venu nous chercher après l’école vendredi dernier. Ce qui est rare parce souvent, il revient du bureau bien plus tard, un peu avant le dîner.

Au début, j’ai pas trop compris pourquoi Papa m’en a reparlé du magasin de meubles parce que je sais bien qu’il faut pas grimper aux étagères maintenant, surtout quand elles sont pas fixées et surtout quand il y a des bols et des casseroles dedans. Ce qui arrive pas tellement à la maison parce que les bols et les casseroles, ils sont dans les tiroirs en dessous des plaques de cuisson et même pas dans les mêmes en plus. Alors, ça a rien à voir avec une étagère.

Puis après, quand Papa nous a expliqué qu’il avait eu deux tickets pour des cours d’escalade par un de ses amis du bureau, j’ai tout compris ! C’est sûrement que Papa, il veut changer la cuisine pour faire plaisir à Maman qui a envie d’une cuisine neuve et qu’il veut nous dresser comme les singes qu’on a vu dans le reportage et qui vont cueillir les noix de coco dans les cocotiers sauf que là, on va pas cueillir des noix de coco, mais des casseroles et des bols. Et dans un placard, pas dans un cocotier. Parce qu’on a pas de cocotier dans la maison, on a même pas la place pour un palmier. Enfin si, un petit, sans noix de coco.

Mais en fait, c’était pas ça et ça avait rien à voir du tout avec des placards dans une nouvelle cuisine il m’a dit Papa. C’est juste parce qu’il avait envie de nous faire essayer depuis longtemps et en même temps qu’on va faire de l’escalade, Papa et Maman, ils vont en faire eux aussi et ça fera une sortie pour nous 4, samedi, en famille, pour faire du sport et pas renverser des bols et des casseroles et des verres dans un magasin de meubles qui a toujours un peu peur quand ils nous voient arriver maintenant.

Et le samedi, on est arrivés dans la grande salle où on pouvait faire de l’escalade. Vous verrez un jour si vous allez en faire, il y a de grands tapis en mousse sur le sol et un plafond super haut et les murs ils sont pas tout lisses du tout, mais ils font comme des bosses pointues partout, un peu comme quand on froisse un papier un tout petit peu et qu’on le déplie après, mais pas trop. On a l’impression que le mur monte, puis il va en arrière, puis un peu en avant, puis sur le côté. Et sur les murs, il y a des sortes de petites poignées en plastique qui ressemblent à de la pierre et en couleur.

C’est ces poignées qu’on va utiliser, il nous a dit, le moniteur qui va nous montrer comment on fait de l’escalade après que Papa lui a expliqué le truc avec les bols et les casseroles et pourquoi on est venus faire de l’escalade. Il a dit que le mur, c’était comme une grande étagère sauf qu’on risquait pas de faire tomber quelque chose et que chaque petite poignée, c’était comme un étage de l’étagère. On l’attrapait avec la main, puis on posait le pied une fois qu’on avait attrapé la poignée au dessus. J’ai dit au monsieur que j’avais tout compris et que c’était parti et il m’a arrêté tout de suite.

Il m’a demandé si j’avais pas oublié un truc et je lui ai dit Ben ! que je voyais pas quoi. Puis, il m’a fait signe de regarder autour de moi et Tina elle a dit qu’il nous manquait une sorte de ceinture avec des épaules que les gens ont et avec laquelle ils s’attachent aux grandes cordes qui pendent partout. Et le monsieur, qui s’appelle Paul, a dit à Tina : Très bien! Moi j’avais bien remarqué les cordes partout au tout début, mais je pensais juste que c’était des cordes pour les rideaux et comme ils avaient pas de rideaux dans la salle, je me suis dit que c’était pas ça et j’y ai plus pensé, puis je savais pas qu’il fallait s’attacher pour faire de l’escalade j’ai dit à Paul.

Et il m’a dit qu’on pouvait très bien le faire, mais que si on glissait depuis tout en haut on risquait de se faire un peu mal tu crois pas. Paul il m’a montré le plafond et c’est vrai que tomber de là-haut, ça doit pas faire du bien du tout j’ai dit à Paul. Sauf si on est un chat. Là ça va. Hibiscus, le chat de Coralie, une de mes copines à la mer, près de chez Mamie Margareth et Grand-Papa Thibault, une fois il est tombé de 6 étages et il a fait meow, mais il s’est même pas fait mal. C’est parce que les chats, ils retombent toujours sur leurs pattes en tournant avec leur queue en l’air qui leur permet de tomber par terre en douceur. Je sais plus si c’est vraiment ça, mais je vérifierai j’ai dit à Paul qui m’a regardé en rigolant et qui m’a dit que c’était exactement ça et que si les chats faisaient de l’escalade, ils auraient pas besoin de baudrier et de cordes.

C’est quoi un baudrier on a demandé avec Tina et Paul nous a donné à tous la ceinture dont parlait Tina. C’est comme une sorte de slip-ceinture, mais sans tissus partout, qui remonte ensuite comme une salopette avec les bretelles comme sur les sacs à dos, mais sans sac à dos. Sur la ceinture il y a des petits anneaux et des crochets et des ronds en tissus qui servent à accrocher les mousquetons. Paul, il en avait plein, plein, plein de couleurs attachés autour de sa ceinture à lui.

Les mousquetons, ça ressemble à des anneaux de porte-clés en plus long en forme de petite poire qu’on peut ouvrir et fermer facilement. C’est dans ces anneaux qu’on enroule la corde pour qu’elle nous attache bien sans nous faire mal et qu’elle se bloque bien quand on doit descendre ou qu’on glisse pendant qu’on fait de l’escalade. Il a pris un peu de temps et il a fait plein de trucs avec la corde et les mousquetons qu’il a enroulés les uns dans les autres et c’est sacrément compliqué et heureusement qu’il sait ce qu’il fait Paul. Ensuite, il a attaché Papa au bout d’une corde, Maman au bout d’une autre et Tina aussi et moi aussi et il nous a donné des chaussures-chaussons à chacun. Des chaussures toutes molles, mais très solides pour pas se faire mal aux pieds et mieux sentir l’endroit où on va s’appuyer avec nos pieds.

Et surtout, Paul, il nous a dit de pas toucher à la corde et de pas chercher à défaire les anneaux et que pendant ce temps là, lui, il resterait en bas pour nous assurer. Je lui ai dit que j’étais déjà totalement rassuré parce qu’il nous avait bien expliqué, mais il m’a dit que c’était pas rassuré, mais assuré, comme une assurance de voiture et que c’était comme ça qu’on disait. Et il nous a dit de grimper et que le principe de l’escalade, c’était pas d’aller super vite ou super haut mais surtout, de rester bien calme et de bien regarder où on mettait les pieds et les mains. Parce que sinon, on se retrouvait complètement coincé et il fallait sauter et tout recommencer.

Il nous a dit aussi qu’il fallait pas mettre longtemps tout son poids sur sa main quand on était accroché parce que c’était fatigant, mais que l’escalade, c’était rigolo parce qu’il fallait appuyer avec ses pieds et ses deux mains pour peser le moins lourd possible et il nous a dit d’y aller et c’est vrai que c’était vraiment chouette.

C’est super facile en fait quand on se concentre l’escalade et qu’il y a pas de casseroles ou de verres sur votre chemin. Il faut juste faire attention à comment on attrape les prises. les prises c’est le nom des poignées et bien s’en servir ensuite et on grimpe très vite ensuite.

Paul il nous a dit d’essayer de faire des formes pour nous entrainer avec les prises. Tina elle a fait un hérisson, tout en boule, une mante religieuse avec les bras très longs et je me suis même amusé à faire le pingouin : les deux pieds appuyés l’un contre l’autre et des prises dans chaque main près de mes fesses. J’ai fait le goéland, avec les jambes pliées et les bras écartés, le flamant rose avec un pied appuyé, l’autre en forme de L derrière et un bras accroché en haut pour faire le bec… je me suis même mis à courir le long du mur comme si le mur c’était le sol et j’étais accroché avec la corde et c’est rigolo parce qu’on a l’impression de faire comme le pendule dans les vieilles horloges.

Mais avec tout ça, je me suis même pas rendu compte que j’étais aussi haut, au moins 5 étagères, quand je me suis retourné en l’air et là j’ai eu un peu peur et j’ai lâché ma main et j’ai crié et j’ai rouvert les yeux et je flottais en l’air.

En fait, c’est Paul qui me tenait à l’autre bout de la corde et qui me balançait tout doucement en me disant de me concentrer et qu’il fallait pas que je fasse attention à la hauteur parce qu’il était là et je me suis mis à rigoler sans pouvoir m’arrêter parce que juste devant moi, il y avait les fesses de Tina.

Tina, elle était accrochée au mur d’escalade. Presque aussi haut que moi. Tina elle est bien plus forte que moi en sport, même si c’est une fille et elle grimpait très vite, mais dans une position trop marrante. Elle avait un pied pendu dans le vide, son deuxième pied appuyé sur une prise, sa main presque au niveau de son pied et son autre main accrochée plus haut.

Elle se débrouillait vachement bien, mais on aurait dit une grosse araignée toute rose et elle m’a dit d’arrêter de me moquer et je lui ai dit qu’elle était trop marrante et elle m’a dit que moi aussi j’étais marrant quand je grimpais et que je ressemblais au singe qui se grattait les fesses au zoo l’autre jour et qui léchait son doigt après et je lui ai dit n’importe quoi, c’est même pas vrai et elle a rigolé et elle a failli tomber, mais elle s’est rattrapée à la dernière minute et moi je suis arrivé en bas et Paul, pour rigoler, il m’a arrêté juste à 20 centimètres du sol et j’ai pédalé très fort pour essayer de descendre, mais Paul voulait pas me faire descendre plus et il a même pris un petit film avec son téléphone. Il m’a dit que c’était Papa qui lui avait demandé de me faire cette blague si je tombais et j’ai entendu Papa et Maman rigoler depuis tout en haut.

C’est vrai que, pendant ce temps là, Papa et Maman il se débrouillaient vraiment super bien. Ils étaient déjà très haut mais c’est plus facile pour eux parce qu’ils ont des grands bras et ils faisaient même un peu la course et Papa, il tapait dans les fesses de Maman pour qu’elle aille plus vite et Maman elle lui disait d’arrêter de faire le gamin et Papa il rigolait.

Mais après, Maman a fait exprès de prendre un peu de retard et Papa a pas osé la dépasser parce qu’il avait peur que Maman lui tape sur ses fesses à lui et Paul a dit qu’on était vraiment une famille de petits rigolos mais que en attendant, c’était Tina la plus forte parce qu’elle était arrivée au sommet et presque sans jamais se tromper dans les prises. Mais bon, on a pas été vraiment étonnés parce que Tina, c’est une fille, elle joue à la poupée et tout ça, mais elle est quand même super forte en sport… Mais ça nous a un peu étonnés quand même parce que là, c’est quand même la première fois qu’elle en faisait.

On a fait ça pendant au moins deux heures et c’était vraiment très rigolo. Comme tout le monde s’est amusé, Papa il a dit qu’on y retournerait certainement parce qu’on eu l’air de bien s’amuser. C’est en rentrant à la maison qu’on a beaucoup moins rigolé parce que Papa s’est rendu compte qu’il avait claqué la porte de l’appartement sans prendre les clés. Heureusement que la gardienne elle a un double parce que même si on avait appelé Paul, il aurait pas pu nous ouvrir en grimpant jusque chez nous. On a pas ouvert la fenêtre ce matin comme Maman nous l’avait demandé.