Sur le port

facebookmail

Quand on est en vacances chez Grand-Papa Thibault et Mamie Margareth c’est super parce qu’on est dans une petite ville qui est près de la mer et aussi près de la montagne. Mais bon, comme on fait pas beaucoup de ski, ou alors pas chaque hiver et pas du tout, du tout en été, forcément, il y a pas de neige, on va plus souvent à la mer qu’à la montagne parce que déjà, Papa et Maman, ils préfèrent la mer vu que Papa il a été élevé dans les îles et Maman au bord de la mer, mais pas la même que chez Mamie Margareth et Grand-Papa Thibault.

Et ce qui est super joli dans la petite ville où ils habitent, c’est qu’il y a une grande rue avec plein de magasins et au bout, il y a le port. Et le port, c’est vachement chouette parce qu’il y a plein de bruit, plein de monde, plein de bateaux dans le port, plein de marchands devant les bateaux avec plein de poissons et de fruits de mer et d’autres trucs à manger comme de la charcuterie, mais qui vient pas des bateaux parce qu’on n’a jamais fait beaucoup de charcuterie, des saucissons ou du jambon avec des trucs qui viennent de la mer.

C’est super chouette parce que pour aller depuis la maison de Mamie Margareth et Grand-Papa Thibault jusqu’au port c’est juste à côté. Il faut juste se lever un peu tôt le matin pour profiter des bateaux qui rentrent de leur pêche, mais nous, on se lève toujours très tôt. Comme ce matin, où on s’est levé à 6h30 et on a été réveiller Papa qui nous a fait Hmmmgrrrr avec un grognement et on lui a répondu que ce matin, on allait aller au port et même que c’est lui qui nous a promis et nous a dit qu’il fallait y aller super tôt et que nous, on avait entendu les premiers bateaux qui ont sonné dans le port et qu’il fallait y aller parce que sinon, on allait manquer le déchargement des poissons et tout ça et tout ça !

Papa il a demandé à Maman ce qu’elle en pensait, Maman elle lui a dit je sais pas, je suis fatiguée et Papa, il a ouvert grand les yeux, il s’est mis deux claques sur les joues et il sauté sur le lit en disant en avant !!! Et Maman elle a fait Grrrrr et on est sortis doucement de la chambre, parce que, quand Maman fait Grrrr le matin, c’est un signe qu’elle a encore envie de dormir et qu’il faut la laisser dormir.

Papa nous a emmenés dans la salle de bain et pendant qu’il se lavait sous les bras et la figure et la barbe qu’il avait pas rasée parce que des fois, ils se rase pas la barbe en vacances, même que ça lui va pas tellement, il nous a dit de nous laver la figure. Et comme on a ouvert l’eau très fort, il a rajouté qu’il fallait pas qu’on s’en mette partout ! Puis pendant qu’il mettait son gros pull marin, celui avec l’ouverture sur l’épaule et les rayures que Maman lui a offert il y a deux ans, il a sorti nos vareuses de marins qui sont comme des grandes chemises, mais très épaisses et avec moins de boutons que les marins mettent pour avoir chaud en mer, mais pas trop non plus. C’est super agréable.

On a mis un petit pull dessous, on a fait un bisou à Mamie Margareth et Grand-Papa Thibault qui étaient déjà levés et on est sortis avec Mamie Margareth qui partait aller chercher le pain dans la boulangerie de sa meilleure copine, Rosalie, qui a le même prénom et un peu les mêmes fesses que la vache qu’on avait croisée quand on avait visité une ferme pas loin de chez eux. Mais ça on lui a pas dit. D’ailleurs, il est super bon le pain de Rosalie, on a hâte d’en manger avec du peanut butter quand on sera rentré du port.

Dehors, il faisait un peu frais. C’est vrai qu’à 7h du matin, il y a encore un petit vent, le soleil est levé, mais pas trop et c’est agréable d’avoir un pull ou une vareuse, surtout avec le vent du large. On a marché le long de la mer, Papa qui avait pris son appareil photo il a pris quelques photos de nous, comme celle où on coursait un crabe sur la plage et où Tina elle a un peu marché dans une vague et a mouillé son pantalon jusqu’au dessous du genou et on est arrivé au bout de la digue derrière laquelle il y a le port.

Et dès qu’on y est arrivé, c’était trop beau parce que le soleil qui était un peu plus haut que l’horizon, il donnait plein de belles couleurs aux bateaux qui avaient déjà plein de couleurs. C’était exactement comme sur les cartes postales qui sont vendues super cher dans les magasins sauf que là, il y avait les odeurs de mazout, de poissons, de la mer et le bruit des bateaux qui rentraient dans le port en faisant poutpoutpoutpout comme des petits prouts, mais avec de la fumée un peu bleue et plein, mais alors plein de mouettes qui suivaient les bateaux en faisant kwaaaa kwaaaa kwaaaa gniahahahaha. Comme si elles rigolaient. On appelle ça des mouettes rieuses, il nous a expliqué Papa.

Il y avait aucun bateau avec des voiles, mais que des bateaux avec des filets et des messieurs en pull ou en ciré jaune avec des caisses de poissons qu’ils lançaient à des dames sans ciré jaune aussi ou en robe qui prenaient les poissons et les mettaient sur des tables où on pouvait venir les acheter. Même qu’elles criaient très, très fort en disant qu’il était frais leur poisson et elles donnaient aussi le nom des poissons ou des autres trucs qu’elles avaient à vendre.

On a regardé ça un peu de loin, puis Papa il a demandé qui avait faim ! On a dit nous ! Et on est descendu voir les gens sur port.

Papa il a été acheté du pain aux épices qu’un boulanger vendait sur le port, il a sorti un couteau qu’il garde toujours avec lui en vacances au cas où on achète du jambon ou du pain ou du fromage ou les trois parce qu’il aime bien manger en marchant et il a dit que bon, on allait acheter de quoi faire du fish & chips, des sashimis, des sardines et des oursins parce que tout le monde aime ça les oursins et c’est vrai que nous, miam, on adore ça les oursins, même si c’est un peu fort, c’est comme le fruit asiatique qui s’appelle le durian. Tout le monde dit que c’est bizarre comme goût, mais nous, c’est comme la Marmite, un truc anglais, on adore. Je vous conseille trop de goûter le Durian, les oursins ou la Marmite, mais pas en même temps, ça serait bizarre.

On est arrivés devant la table d’un bateau qui s’appelait la Mouette Rieuse. Tina elle a demandé pourquoi son bateau il s’appelait comme ça et le monsieur qui s’appelait Raphael, il a dit que c’était parce qu’il y avait une énorme mouette rieuse dessinée sur le bateau et il nous l’a montrée, mais il a dit aussi que c’était parce que sa femme elle rigolait comme une mouette rieuse et c’était vrai parce qu’elle a rigolé à sa blague et on aurait dit un mélange entre un petit cochon qui grognait quand elle reprenait son souffle et une mouette rieuse quand elle rigolait très fort. Même que les mouettes, les vraies, elles venaient plus vers son stand à elle que vers les autres.

La dame, qui s’appelait Sophie nous a demandé ce qu’on voulait et Papa lui a dit. Une belle pièce de thon pour faire des sashimis et la dame elle a dit tout doucement qu’on avait de la chance et qu’on avait raison d’être venus les premiers parce que c’est elle et Raphael qui fournissent Monsieur Iroshi Sakana, le monsieur Japonais qui tient le restaurant de sushis de la ville. Et qu’elle allait nous donner un beau morceau de la réserve qu’elle garde pour lui. Et Monsieur Sakana qui est arrivé derrière, il a fait peur à tout le monde ! Sophie, elle l’avait pas vu arriver.

Il a rigolé super fort, il a dit « Ohayo ! » ce qui veut dire bonjour en japonais et il a dit tout doucement qu’on avait raison de venir ici pour les sushis et que c’était ici qu’on avait le meilleur thon et le meilleur poulpe. Monsieur Sakana, il a choisi un beau morceau de la réserve que Sophie lui gardait, il a sorti un couteau trop beau, Sophie lui a donné une petite planche et il nous a découpé des petits morceaux à chacun pour nous faire goûter en nous disant de bien l’écraser dans la bouche et de le laisser fondre. Et c’était trop bon.

Il a pris un autre morceau, plus grand, il l’a découpé et il a dit que c’était pour nous, mais sans nous l’offrir, il nous a juste découpé un morceau très beau et Papa aurait plus qu’à le découper. Puis, il a réglé sa commande à Sophie, il nous a dit au revoir en nous donnant la carte de son restaurant et il est parti vers un autre stand où il a choisi d’autres poissons.

Nous on a continué à discuter avec Sophie qui nous a dit qu’elle n’avait pas d’oursins, mais qu’elle allait nous indiquer où il y en avait. Elle nous a choisi plusieurs beaux morceaux de morue pour le fish & chips, nous a dit qu’on était trop mignons Tina et moi et elle nous a dit d’aller voir son frère qui avait des oursins. C’était au bateau qui s’appelait Orca, ça a fait rigoler Papa, parce que c’était le nom d’un bateau dans un film et quand il a dit ça au capitaine de l’Orca il a rigolé aussi et il lui a dit que c’était pour ça qu’il avait appelé son bateau comme ça.

On a dit qu’on venait de la part de Sophie et il a dit génial ! Et il lui a fait un grand signe de très loin et Sophie a rigolé tellement fort qu’on l’entendait depuis là où on était. Et c’était pas à côté.

On a demandé au frère de Sophie s’il avait des oursins et il a dit, oui plein et Papa a dit que c’était super et qu’on allait en prendre pour 6 personnes. Il a demandé si les enfants en mangeaient et Tina et moi on a dit que bien sûr les enfants en mangeaient ! Et il a rigolé. Il a mis plein d’oursins dans une grande poche et il en a ouvert un avec un couteau pour nous le faire manger. Et c’était super bon. La couleur est trop, trop belle, toute jaune avec un tout petit peu de rouge, c’est tout mou et ça pique sur la langue et en même temps, ça sent très fort la mer. Miam !

Puis Papa a demandé au frère de Sophie s’il avait des sardines et il a dit oui. Et il a sorti plein de sardines qu’il a mis dans un sac et que Papa va faire au barbecue ce soir. Papa, il a payé et le frère de Sophie nous a demandé si on voulait monter sur le bateau et nous on a dit oui, oui, oui !!! Il a dit bon, pas tout de suite, mais qu’il nous emmènerait avec Sophie et ses enfants demain si on avait envie. Papa a demandé s’il pouvait aussi faire venir Maman. Le frère de Sophie a dit oui et il a dit qu’il s’appelait Gérard et il a dit à demain à Papa et il faudra qu’on vous raconte.

En rentrant à la maison, Papa il nous a dit qu’on allait faire une pause sur la digue et qu’on allait prendre un petit déjeuner avant le petit déjeuner. Et pendant qu’un monsieur criait après son chien qui courait après les mouettes sur la plage puis qui s’est arrêté tout d’un coup pour faire sa crotte (le chien pas le monsieur) Papa il a sorti son couteau et le pain et les sardines.

Il a découpé du pain, il a sorti une petite portion de beurre de sa poche et il l’a tartiné sur quatre tartines. Puis il a pris trois sardines, qu’il a vidées, qu’il a nettoyées avec un peu d’eau qu’il avait dans son sac à dos, il les découpées en leur enlevant la tête, un peu d’écailles et les arêtes puis il les a posées ouvertes comme un livre sur les tartines de beurre en mettant du sel et du poivre et du citron vert dessus. Il avait pensé à tout et il avait tout pris dans son sac photo, mais il avait rien dit pour nous faire une surprise. Il est super fort Papa quand même ! Bon, ensuite, même si c’était bon, ça nous a pas empêchés de manger des toasts au peanut butter en rentrant, faut pas exagérer quand même !